Chat with us, powered by LiveChat

3 questions à la SNCF

Transport - IoT - Le 26/07/2022

 

 

3 questions à Julien Fournier, Directeur de missions Itnovem à la SNCF

Retrouvez l’équipe de la filiale technologique Itnovem de la SNCF sur le stand E325 au SIDO Lyon 2022

Pouvez-vous nous décrire quels sont les enjeux relatifs au Numérique responsable pour un groupe comme SNCF ?

 On sait qu’il ne peut pas y avoir une transition numérique sans transition écologique.

Ce constat sans appel guide la SNCF à chaque étape de conception de ses innovations dans ce domaine, de l’écriture du code à la gestion du matériel informatique dans une approche de recyclage ou de seconde vie des équipements, en passant par une consommation sobre des données.

Le numérique est responsable de 4% des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le monde. Le Groupe SNCF doit allier des objectifs de Neutralité carbone versus une digitalisation massive de ses activités et de ses métiers.

Tout ce qu’on fait autour du numérique responsable (green IT) nous donne des avantages concurrentiels, qui peuvent être des préférences/ des choix, pour nos partenaires BtoB, comme pour nos clients BtoC

Comment l’impact environnemental de l’IOT est traité au sein de SNCF ?

Les objets connectés font partie intégrante de l’activité numérique dans le sens où ils collectent des informations, puis les envoient via des réseaux de télécommunication. Ces informations sont traitées et exploitées au travers de différents systèmes de type Cloud. Ils ont donc un impact environnemental réel.

Le groupe SNCF, appuyé par sa filiale technologique ITNOVEM, a dès 2018 remporté un appel à projet de l’ADEME, qui avait pour objectif d’évaluer l’impact environnemental des objets connectés.

D’une durée de 2 ans, l’étude a été réalisée par un consortium d’acteurs de l’écosystème IOT, abordant les problématiques de mesure de consommation énergétique, d’analyse du cycle de vie et du coût de possession. L’un des principaux enjeux était de conduire ces travaux dans un cadre au plus proche des conditions réelles d’utilisation des objets. Ce fut justement l’un des principaux apports de la SNCF : proposer un terrain d’expérimentation et des cas d’usages déjà déployés.

Le projet a permis de :

  • Proposer une méthodologie permettant de mesurer les consommations énergétiques d’objets connectés issus de différents fournisseurs du marché ;
  • Mettre à disposition un outil de mesure de cette consommation énergétique (framework) ;
  • Définir un outil de projection des mesures pour qualifier l’impact économique et écologique ;
  • Ébaucher les premières recommandations d’éco-conception des logiciels embarqués

Pouvez-vous dire où vous en êtes concrètement aujourd’hui et quelles sont les prochaines étapes ?

 Il y a eu une réelle prise de conscience ces dernières années sur les enjeux autour du numérique responsable. SNCF a lancé depuis presque 2 ans maintenant une stratégie autour de la sobriété numérique avec différentes actions. Plus spécifiquement au niveau de l’IOT on peut citer :

  • Un framework conçu lors du projet avec l’ADEME et évoqué précédemment ;
  • Les premiers objets sans pile (récupération d’énergie), qui sont déjà déployés opérationnellement sur le terrain et permettent de réduire l’empreinte énergétique en plus de diminuer le coût de maintenance (pas de remplacement de la pile/batterie) ;
  • L’intégration de critères numériquement responsable dans les processus achat du groupe.

Nous travaillons actuellement à la prise en compte du sujet du numérique responsable à chaque étape de nos projets IoT chez SNCF. En résulteront des choix encore plus pertinents permettant d’atteindre les objectifs du groupe en la matière.

 

Merci à nos partenaires 2022 !

Premium Sponsors

Gold Sponsors

Silver Sponsors

Bronze Sponsors

Avec le soutien de

Partenaires Brokerage Event